Sonnet 1

 

L’esprit savant retint mon attention

Ce fut le tien ; je découvris dès lors

Que sous ton masque attendait un trésor

D’être trouvé par quelque tentation.


Attrait désir, convoitise, ambition,

Aspiration me firent bien du tort,

Malgré le fait que toujours je t’adore,

Et mon espoir double mes intentions.


Ton âme est douce, ta voix est franche et claire

Je suis bercée par ta raison, portée,

Libre et pourtant je suis là prisonnière.


Ton jugement m’a trop déconcertée

Pour que je puisse encor’ te laisser faire,

Je délierai alors mon cœur penché.